Bamako, le 13 février 2021 – ATTARAM – « Si l’État du Mali n’arrive pas à garantir la sécurité et le droit de nos populations. Nous, la Coalition Songhoy Chaawara Batoo, nous nous réservons le droit d’apporter toute la sécurité sur la terre de nos ancêtres » déclare le coordinateur de la Coalition Songhoy Chaawara Batoo, Almahady Moustapha Cissé. Toutefois, la Coalition s’interroge sur la gestion de la sécurité par l’État du Mali au nord pays. « Si l’État n’arrive pas à assurer le minimum pour que les enfants puissent à aller à l’école on se pose la question quel est le rôle de l’État » agace Almahady Moustapha Cissé.

Aujourd’hui, le banditisme appris de l’ampleur qu’il n’a jamais été auparavant regrette la Coalition Songhoy Chaawara Batoo. « Il nous est impossible d’empreinter la route de Gao ou de Tombouctou sans être inquiétées » se lamente le Coordinateur de la Coalition. Le nord est devenu une sorte d’enclave où ce sont les groupes armés terroristes, narcotrafiquants, qui dictent leurs volontés expliquent les responsables de la Coalition.

Selon la Coalition Songhoy Chaawara Batoo, les populations payent le lourd tribu de l’insécurité au nord du pays. Des hommes armés prélèvent des impôts sur les troupeaux au nez et à la barbe des forces armées étrangères et nationales. Ces populations sont contraintes à payer l’impôt aux assaillants sur chaque tête de troupeau au risque de voir les vaches emportées. Malgré la présence des forces armées de Barkhane, de Minusma, Takuba, entre autres une partie des populations du nord sont contraintes de quitter leurs villages sous peine de représailles des forces obscurantistes regrette la Coalition Songhoy Chaawara Batoo.

« Nous assistons impuissamment depuis un certain temps à un système nouveau d’assassinats ciblés d’opérateurs économiques et des personnalités indépendantes » s’indigne le Coordinateur de la Coalition. « Nous sommes déçus…, à Gao de jours comme de nuits, nous ne pouvons pas porter des beaux habits, être dans une belle voiture de peur d’être kidnapper ou d’être enlever » a – t – il poursuivi. Fait nouveau et gravissime, des innocents sont enlevés contre le paiement une rançon de 10 à 30 millions de franc CFA  dénonce le responsable de la Coalition. Et pire, les auteurs n’ont jamais été identifiés ajoute le Coordinateur.

Face à cette situation alarmante, nous attendons de l’État du Mali, qu’il prenne toutes ses responsabilités. Avec dédain, mépris l’État du Mali est entrain de traiter des citoyens qui n’ont eu qu’un seul tort être républicain et défendre les vertu, les couleurs de la République au moment où certains brûlaient les symboles de l’État regrette Almahady Moustapha Cissé.

« Nous sommes arrivés à cette conclusion que notre État a failli… Face à cette forfaiture, Nous Songhoy Chaawara Batoo avons décidé de prendre tous les moyens par des voies légales, si l’État n’arrive pas à assumer ses responsabilités au niveau de la Coalition Songhoy Chaawara Bato » conclu le Coordinateur, Almahady Moustapha Cissé. Fin//AF

Partager cet article ! :

No Comments

Sur ce site Web, nous utilisons des outils propriétaires ou tiers qui stockent de petits fichiers (cookies) sur votre appareil. Les cookies sont généralement utilisés pour permettre au site de fonctionner correctement (cookies techniques), pour générer des rapports d’utilisation de la navigation (cookies de statistiques) et pour faire de la publicité pour nos services / produits (cookies de profilage). Nous pouvons directement utiliser des cookies techniques, mais vous avez le droit d’activer ou non les cookies statistiques et de profilage. En activant ces cookies, vous nous aidez à vous offrir une meilleure expérience.