Bamako, le 31 mars 2021 – ATTARAM – Le rapport final de la Mission des nations unies au Mali « MINUSMA » confirme une frappe aérienne de la Force Barkhane sur un lieu de mariage à Bounty dans la région de Mopti, le 3 janvier dernier. Dans son rapport, la Minusma a annoncé la mort d’au moins 22 personnes, dont trois membres présumés de la Katiba Serma présents sur le lieu du rassemblement. Le document indique que 19 personnes dont 16 civiles ont été directement tuées par la frappe. Le rapport explique que trois autres civils ont succombé des suites de leurs blessures au cours de leur transfèrement pour des soins d’urgence. Le ministère des armées françaises conteste le rapport. Selon le communiqué, l’opération Barkhane, a ciblé un groupe terroriste identifié comme tel. Le ministère des armées françaises émet de nombreuses réserves quant à la méthodologie retenue par le document de la Miusma.

Dans son rapport publié ce mardi 30 mars 2021, la MINUSMA, explique que suite aux allégations faisant état de la mort de plusieurs civils lors d’une frappe aérienne de Barkhane à proximité du village de Bounty le 3 janvier dernier. La Division des droits de l’homme et de la protection de la mission onusienne a déployé une mission spéciale d’établissement des faits du 4 janvier au 20 février 2021.

Selon le document l’équipe d’investigation est composée de quinze chargés des droits de l’homme, avec le soutien de deux experts de la police scientifique des Nations Unies et de deux chargés de l’information publique. Il indique aussi que les travaux ont été effectués à Bamako, Mopti, Sévaré, Douentza et Bounty.

« Des entretiens présentiels individuels avec aumoins 115 personnes ont été organisés et avec au moins 200 personnes lors des réunions groupées, et réalisé plus d’une centaine d’entretiens téléphoniques » a précisé le document. À cela s’ajoute l’analyse d’au moins 150 publications, notamment des communiqués et déclarations officiels, des articles de presse, des déclarations et positions d’autres acteurs et des sources ouvertes ainsi que des photographies et vidéos concernant la frappe de Bounty ont été réalisés a expliqué le rapport.

« Au terme de cette enquête, la MINUSMA confirme la tenue d’une célébration de mariage qui a rassemblé sur le lieu de la frappe, une centaine de civils parmi lesquels cinq personnes armées, membres présumés de la Katiba Serma ». Le document note que 22 personnes, dont trois des membres présumés de la Katiba Serma présents sur le lieu du rassemblement, ont été tuées par la frappe de la Force Barkhane survenue le 3 janvier 2021 à Bounty. Selon le rapport 19 peronnes dont 16 civiles ont été directement tuées par la frappe tandis que les trois autres civils ont succombé des suites de leurs blessures. Le rapport ajoute la blessure d’au moins huit autres civils lors de la frappe. Il explique également que les victimes sont tous des hommes âgés de 23 à 71 ans dont la majorité habitait le village de Bounty.

De son côté, le ministère des Armées françaises salue le fait qu’une mission de l’ONU puisse enquêter en toute indépendance pour analyser les faits relatifs à la frappe aérienne survenue dans le village de Bounty le 3 janvier dernier. Cependant, le ministère annonce avoir de nombreuses réserves quant à la méthodologie retenue par le rapport. Selon lui, cette démarche oppose des témoignages locaux non vérifiables et des hypothèses non étayées à une méthode de renseignement robuste des armées françaises, encadrée par les exigences du droit international humanitaire. Ainsi le ministère des armées françaises maintient et réaffirme avec force que c’est une frappe aérienne ciblant un groupe terroriste identifié comme tel. Les allégations consécutives à la frappe relèvent de la désinformation. Aucun dommage collatéral, aucun élément constitutif d’un rassemblement festif ou d’un mariage n’a été observé a expliqué le ministère des armées françaises. Fin//AF

Partager cet article ! :

No Comments

Sur ce site Web, nous utilisons des outils propriétaires ou tiers qui stockent de petits fichiers (cookies) sur votre appareil. Les cookies sont généralement utilisés pour permettre au site de fonctionner correctement (cookies techniques), pour générer des rapports d’utilisation de la navigation (cookies de statistiques) et pour faire de la publicité pour nos services / produits (cookies de profilage). Nous pouvons directement utiliser des cookies techniques, mais vous avez le droit d’activer ou non les cookies statistiques et de profilage. En activant ces cookies, vous nous aidez à vous offrir une meilleure expérience.