Bamako, le 21 septembre 2020 – ATTARAM – Le président de la transition et le vice président ont été désignés ce lundi 21 septembre 2020, par le collège chargé de désigner les dirigeants de la transition. C’est désormais c’est Ba N’dao qui dirige la transition pour 18 mois. Ce dernier est un colonel-major de l’armée de l’air à la retraite. Il est suivi du Président du Comité National pour le Salut du Peuple, Assimi Goïta. Ils ont été désignés à quelques heures de l’expiration de l’ultimatum de la CEDEAO et à quelques heures de la fête du 60ème anniversaire de l’indépendance du Mali.

Ces deux personnalités ont été désignées cet après-midi à Bamako par un collège composé de dix-sept membres dont sept représentants du CNSP et deux du M5-RFP. Le conseil national de la société civile, le Conseil National des Jeunes (CNJ), les organisations et associations féminines ont chacun un représentant au sein de cet organe de désignation. Les autres organisations représentées au sein du collège sont la fédération des personnes handicapées, les organisations syndicales, les mouvements signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation, les légitimités traditionnelles et les organisations des Maliens de l’extérieur.

Le Colonel-Major Ba N’da, il faut rappelé c’est lui qui avait remplacé Soumeylou Boubèye Maïga, à la tête du département de la défense et des anciens combattants une semaine après une lourde défaite de l’armée face à la rébellion touareg, le ministre malien de la Défense Soumeylou Boubèye Maïga, figure de la vie politique à Bamako, a démissionné.

Ce colonel-major de l’armée de l’air à la retraite, Ba N’Dao, ancien aide de camp du général Moussa Traoré qui avait pris le pouvoir par la force en 1968, puis chef d’état-major adjoint de l’aviation sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré de 1992 à 2002.

M. N’Dao a été formé dans l’ex-Union soviétique et est diplômé de l’école de guerre de Paris.

Personnalité jugée compétente, il est considéré comme proche du président Ibrahim Boubacar Keïta qui, à sa prise de fonction en septembre 2013, l’avait nommé à ce poste sensible.

À 37 ans, le Chef de la junte militaire, président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), Assimi Goïta est devenu la deuxième personnalité importante du Mali. Assimi Goïta, surnommé « Asso » par ses intimes, est marié et père de trois enfants. Sa biographie de trois pages fournie par le CNSP le décrit comme un homme rigoureux, tenace, adepte des défis et apte au commandement.

Selon un militaire français qui l’a côtoyé à plusieurs reprises, il s’agirait en effet d’un homme droit, « un pro qui ne laisse rien passer ».

Fils d’un officier de l’armée de Terre, il suit les pas de son père et fréquente le prytanée militaire de Kati, le lycée de la Défense nationale.

Passé par l’école militaire de Koulikouro, spécialité armes blindées et cavalerie, il est ensuite affecté dans le nord du Mali à partir de 2002 : à Gao, Kidal, Ménaka, Tessalit et Tombouctou, et lutte notamment contre les terroristes qui arrivent d’Algérie.

Pour l’instant les yeux sont tourné vers le nouveau ministre qui sera désigner dans les heures qui suivent. À savoir si la CEDEAO va levée son embargo sur le Mali.

Il faut rappeler que la cérémonie de prestation de serment du président et de son vice-président est prévue le 25 septembre 2020. Fin/MI

Partager cet article ! :

No Comments

Sur ce site Web, nous utilisons des outils propriétaires ou tiers qui stockent de petits fichiers (cookies) sur votre appareil. Les cookies sont généralement utilisés pour permettre au site de fonctionner correctement (cookies techniques), pour générer des rapports d’utilisation de la navigation (cookies de statistiques) et pour faire de la publicité pour nos services / produits (cookies de profilage). Nous pouvons directement utiliser des cookies techniques, mais vous avez le droit d’activer ou non les cookies statistiques et de profilage. En activant ces cookies, vous nous aidez à vous offrir une meilleure expérience.