Bamako, le 13 mars 2021 – ATTARAM – Le Collectif Songhoy Chawara Batoo en partenariat avec le Front de Refus de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger a organisé ce samedi 13 mars 2021, un meeting de protestation contre la mise en œuvre accélérée de l’accord de paix et le découpage territorial. L’évènement a eu lieu au Mémorial Modibo Keïta devant un millier des participants. À travers cette manifestation, les organisateurs ont voulu attiré l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la discrimination des communautés sédentaires dans le processus de la paix et de réconciliation orchestrée par les autorités nationales.

Le Front de Refus de la mise en œuvre de l’Accord et Songhoy Chawara Bato ont demandé le retrait pur et simple de l’accord issu du processus d’Alger ou à défaut sa relecture. Selon eux, cet accord est « illégal, illégitime » et vise la partition du pays à travers sa mise en œuvre intégrale dans son contexte actuel.

Les organisateurs du meeting regrettent que de 2015 à aujourd’hui, au lieu de la paix et de la réconciliation, cet accord « inique » a ouvert la voie à plus d’insécurité et de division entre les communautés. Dès l’arrivée au pouvoir, les militaires ont annoncé la couloir : l’accord d’Alger sera appliqué, que les Maliens le veuillent ou non s’alarme la coalition. Cette dictature des militaires n’est que le reflet du diktat de la communauté internationale, qui n’a de cesse de cautionner les violations répétées de cet accord dénonce la coalition. Selon elle, six ans après la signature de l’accord d’Alger qui n’a jamais été soumis au peuple, en violation de la constitution en vigueur fait notre malheur dixit la coalition.

Recrudescence de l’insécurité, plus de 5 000 morts, plus de 400 villages détruits, des milliers de déplacés et de réfugiés, des milliers d’enfants déscolarisés devenus des proies faciles pour les terroristes, plus de haine fabriquée pour monter les communautés les unes contre les autres. Ce sont entre autres le fruit de l’accord pour la paix et la réconciliation signé il y a six ans regrettent les organisateurs du meeting.

Pendant ce temps, Kidal, sanctuaire des mouvements toujours armés, des terroristes et narcotrafiquants qui menacent les pays de la sous-région, vit à l’abri des attaques terroristes. Qui est dupe de cette alliance couverte par ceux censés garantir une application impartiale de l’accord d’Alger ? S’interroge la Coalition contre la mise en œuvre de l’accord. Selon elle, les zones occupées par la CMA ne cessent de s’étendre, sous l’œil attendri d’une communauté internationale partiale et martiale. Malgré cet accord issu du processus d’Alger, injustement et abusivement dénommé pour la paix et la réconciliation, malgré la présence de forces étrangères qui engloutissent des milliards de F CFA, la violence et l’insécurité ne font qu’augmenter de façon exponentielle s’alarme la Coalition.

Malgré tout, les militaires au pouvoir aujourd’hui semblent n’avoir qu’une obsession : que la volonté des rebelles et de la communauté internationale soit faite, quel qu’en soit le prix à payer pour le Mali et les maliens se fustige la coalition. Le MLNA a justifié ses velléités d’indépendance en vendant à ses alliés objectifs un territoire touareg. Un mythe payé cash par la France et la communauté internationale, qui y ont vu une opportunité à saisir pour leurs intérêts. Or, les touaregs représentent à peine 10% de la population du nord du Mali se révolte la Coalition.

Suite à ce favoritisme pour une minorité contre la majorité des communautés sédentaires que la Coalition Songhoy des communautés sédentaires organisera les 25, 26 et 27 mars 2021 la première édition du forum dénommé Songhoy Chawara Batoo. Objectif : faire une analyse du contexte actuel d’accélération de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation à travers la feuille de route actualisée des actions prioritaires des autorités de la transition, du découpage territorial, de phénomène d’insécurité et de banditisme dans les principales villes sédentaires et la prise en otage des populations sur le terroir. Fin//Sory Ibrahim Maiga

Partager cet article ! :

No Comments

Sur ce site Web, nous utilisons des outils propriétaires ou tiers qui stockent de petits fichiers (cookies) sur votre appareil. Les cookies sont généralement utilisés pour permettre au site de fonctionner correctement (cookies techniques), pour générer des rapports d’utilisation de la navigation (cookies de statistiques) et pour faire de la publicité pour nos services / produits (cookies de profilage). Nous pouvons directement utiliser des cookies techniques, mais vous avez le droit d’activer ou non les cookies statistiques et de profilage. En activant ces cookies, vous nous aidez à vous offrir une meilleure expérience.